La vraie vie!

Chevreuils

Nourrissage des « chevreuils » (cerfs de Virginie)
Le nourrissage des chevreuils (cerfs de Virginie) est une pratique courante sur le territoire.  La présence du  cerf  en hiver  à Duhamel est due au fait que nous nous situons dans un «  ravage de chevreuils », considéré comme un site faunique d’intérêt par les différents ministères concernés.  Le cerf de Virginie est un animal familier du paysage, et afin de mieux les observer ou pour en prendre soin, plusieurs personnes s’adonnent au nourrissage artificiel.  Cela est même devenu une attraction touristique au milieu du village.
 Bien que motivé par de bonnes intentions, nous ignorons parfois que les conséquences peuvent être néfastes.

Le nourrissage peut engendrer divers problèmes :
-Encourage la déprédation sur les arbustes ornementaux, diminue la régénération de la forêt à certains endroits à cause d’une sur-utilisation de l’habitat du cerf en provoquant une trop grande concentration des animaux;
-Modification de paramètres migratoires comme l’utilisation de l’espace et le type de nourriture (les chevreuils attendent toute la journée après le repas suivant);
-Augmentation du nombre d’accidents routiers quand le nourrissage est proche d’une route;
-Peut causer des mortalités chez le cerf si le nourrissage n’est pas régulier durant tout l’hiver;
-Peut causer des problèmes digestifs qui peuvent être mortels si on utilise de mauvais aliments comme les fruits, le mais grain, le pain, les légumes;
Le ministère des Ressources Naturelles et de la Faune déconseille le nourrissage.
 
Le nourrissage a aussi des effets positifs :
-Observation des animaux, beauté du paysage
-Divertissement, émerveillement,
-Attraction touristique,
-Aide le chevreuil à survivre l’hiver
 
Il est important d’informer les personnes qui procèdent au nourrissage et de s’assurer  :
-Qu’elles ne donnent pas de fruits (pommes), légumes (carottes, salade) ou  pain;
-Qu’elles vont assurer un apport de nourriture identique tout au long de la saison d’hiver;
-Que le nourrissage est  situé dans la zone de gagnage pour ne pas garder les animaux dans des
  zones  qui ne sont pas propices au passage de l’hiver du cerf;
-Qu’elles n’utiliseront plus de maïs pure (qui peut tuer le cerf en quelques heures);
- Qu’elles utiliseront un mélange pour chevreuil avec du foin;
-de placer la nourriture à plus de 15 m du littoral du lac ou de la rivière;
-De planter des arbres à fruits secs comme le noisetier, le hêtre, le chêne le noyer (nourriture);
-De planter des conifères comme l’épinette, le thuya (ou cèdre), le pin, le sapin baumier (abris).
 
Pour toute autre information, veuillez consulter le dépliant du Ministère concernant le nourrissage du cerf de Virginie:
Dépliant concernant le nourrissage du cerf de Virginie du ministère des Ressources naturelles et de la Faune


Aménagement forestier et ravages de cerf de Virginie
Les activités sylvicoles, réalisées par les propriétaires dans un ravage de cerfs de Virginie, modifient la composition forestière des boisés et influencent par le fait même la qualité de l’habitat du cerf.
 
L’hiver est la saison critique pour le cerf de Virginie.  Les cerfs doivent dépenser d’importantes quantités d’énergie afin de se déplacer dans la neige et lutter contre le froid.  L’hiver, le cerf choisira d’hiverner à un endroit où le climat est moins rigoureux et où il pourra trouver abri et nourriture.  Un ravage est le site où se réfugient les cerfs de Virginie pendant la saison hivernale pour se protéger plus efficacement contre le froid, le vent et la neige.
 
Les peuplements abri contribuent à réduire les pertes énergétiques chez les cerfs de deux façons.  Premièrement, ils réduisent l’accumulation de neige au sol, ce qui facilite le déplacement des cerfs.  Deuxièmement ils limitent l’effet refroidissant du vent.  Les peuplements de résineux de plus de 30 ans offrent d’excellents peuplements abri.  Les îlots résineux de 50 mètres de diamètre peuvent constituer des abris de qualité.  Les prucheraies (pruche) et les cédrières (thuya) présentent les meilleurs critères d’abri suivi des pessières (épinette) et des sapinières (sapin).  Les pinèdes (pin) constituent de moins bons peuplements abris puisque les aiguilles  de ces conifères retiennent peu la neige.
 
La nourriture des cerfs de Virginie est fournie par une grande variété d’arbres et d’arbustes qui offrent des ramilles ou des jeunes branches à une hauteur comprise entre 25 centimètres et 2 mètres (1 et 6 pieds). Lorsque les activités forestières sont effectuées en hiver, les déchets de coupe constituent un apport non négligeable de nourriture en quantité et en qualité.  Un cerf de poids moyen doit compter sur 1 kg de ramille par jour.  Les principales essences végétales consommées par le cerf sont:
Érable à épis (érable ou plaine bâtarde)
Noisetier à long bec (noisetier)
Sapin baumier (sapin)
Pruche de l’est (pruche)
Thuya occidental (cèdre)
Érable rouge (plaine ou plaine rouge)
Érable à sucre (érable franc)
Cornouiller (hart rouge)
Chèvrefeuille (chèvre feuille)
Dièreville chèvrefeuille (herbe bleue)
Bouleau jaune (merisier)
 
Aménagement des terres boisées et privées pour la faune

Plantes comestibles et clôtures contre les chevreuils