La vraie vie!

Histoire, patrimoine et circuit d’interprétation historique

L'histoire est présente sur l'ensemble du territoire,
prenez le temps de la découvrir !



Si vous voulez faire votre balade historique avec animation, nous vous proposons notre activité: 
En audio à 11:07






Aussi, vous pouvez faire cette visite de façon autonome, des panneaux ont été placés le long des sentierspour marquer certains sites du patrimoine historique.
Téléchargez notre carte interractive Duhamel, Carte culturelle, patrimoniale et sentier Au fil de l'eau 

        

De plus nous avons un recceuil historique en vente
à la municipalité et au carrefour-bibliothèque 
au coût de 12 $ 

                                                

Prenez connaissance de l'histoire de Duhamel :
 
Le Parc Mont Carmel
La Chute aux Épinettes Rouges
Cimetière
Dam à Tamascon
 




La Municipalité de Duhamel, qui s’étend sur une superficie de près de 450 km², compte 500 résidents permanents et quelques milliers de villégiateurs. Notre municipalité fait partie de la région administrative de l’Outaouais et de la Municipalité Régionale de Comté de Papineau.

    Au début, Duhamel s’appelait la mission de Notre-Dame-du-Mont-Carmel de Preston, en l’honneur de lord Stanley de Preston, gouverneur du Canada de 1888 à 1893.


Lord Stanley de Preston

La localité  comprenait d’immenses territoires déserts qui la reliaient à la mission de Nominingue.
    Avant l’arrivée des premières familles, en 1881, les frères Edwards étaient venus de l’Ontario ouvrir un chantier et avaient, à cette intention, fait défricher une grande ferme au nord du lac Simon. Aujourd’hui, le lac de la Ferme en tire son nom.
 

Dès 1880, s’implante un bureau de poste.



Premier bureau de poste

Il porte le nom de Duhamel, en l’honneur de l’évêque d’Ottawa, nom qui finira par s’imposer.

Mgr Antoine Labelle

Puis, Mgr Antoine Labelle, le grand Roi du Nord, agissant en qualité de sous-commissaire de colonisation du gouvernement Honoré Mercier, octroie des lots à défricher aux colons.

En 1881, débarquent donc Augustin Mercier, Grégoire Carrière et Joseph Nault. Ils sont rejoints l’année suivante par Henry Gallagher, Félix Deguire dit Larose et Alexandre Tremblay de Saint-André-Avellin. En 1883, arrivent Zotique Thérien et Paul Desjardins de Terrebonne. Plus tard, cinq autres familles s’ajoutent aux huit premières : Paul Filiatrault, Éloi Champagne, J. Mousseau, J. Eymard et Antoine Désormeaux. En 1889, vient de Nominingue le premier colon du canton Gagnon, Maxime Dumoulin, dont la famille s’installe près du ruisseau Creek-Cimon, à l’embouchure de la rivière Ernest, sur le lac Long, qui deviendra le lac Gagnon en 1968.

 

Pont couvert

Quand le curé Labelle voit la chute aux Épinettes Rouges, il ne peut s’empêcher de suggérer d’y construire un moulin à scie. En 1883, M. Zotique Thérien construit un moulin à scie et un moulin à farine, tout deux actionnés par le rapide des Épinettes Rouges, sur la rivière Petite-Nation. Plus tard, un pont couvert y sera érigé, mais aujourd’hui il ne reste plus que des vestiges.

 

1ère église de Duhamel, 1888-1930

En juillet 1887, Mgr Duhamel vient bénir les colons et choisir le site de la future chapelle, non loin du bureau de poste

En 1888, Félix Larose reçoit 300$ de la Société de la colonisation d’Ottawa pour l’aider à la construction de l’église de 36 pi. X 24 pi. Le fameux curé Labelle bénira la cloche, don de la Société de la colonisation d’Ottawa

 

Première école de Duhamel

En 1894, on construit la 1ère école presqu’en face de la chapelle. Une maison de bois rond qui servira jusqu’à la fermeture des écoles de rang, vers 1940.

 

Le bateau à vapeur

Pendant longtemps, en l’absence de chemin, la liaison entre Chénéville et Duhamel était assurée par un bateau à vapeur. Toutefois, ce bateau fit naufrage au large de la plage du Centre touristique de lac Simon. Son épave peut encore être observée aujourd’hui par les amateurs de plongée sous-marine.

Les décennies qui suivront seront des années de dur labeur et d’entraide. Au milieu des colons vivaient des familles de Métis avec qui on voisinait sans problème. Ils étaient d’excellents guides de chasse et de pêche.

 

Bureau de poste en 1922

En 1922, on transfère le bureau de poste à la croisée de la route 321 et de la rue Principale (la maison du Karisa).
 

Transport du bois par train

En 1923, la Compagnie Singer achète 500 milles² de forêt au nord de Thurso, pour la somme de 500 000$. Un chemin de fer sera construit à partir de 1925 pour transporter les bois francs qui ne flottent pas sur les cours d’eau. On le prolongera jusqu’au « Camp 27 », au nord du lac Gagnon.

 

Camp de bûcherons

À l’automne, les bûcherons partaient pour les chantiers et le travail se terminait par la drave au printemps.

 

Nouvelle église

En 1931, on décide de bâtir une nouvelle église et en 1933, la mission de Preston relève du diocèse de Mont-Laurier.

 

Duhamel vers 1930

Le 28 juillet 1936, Duhamel accède au statut de municipalité.

En 1940, les enfants iront à la nouvelle école, aujourd’hui la bibliothèque. Et en 1954, Duhamel se dote d’une école moderne (Jean XXIII), aujourd’hui la mairie.

En 1964, la Compagnie MacLaren succède à la Compagnie Singer.

Aujourd’hui, Duhamel est reconnu comme un important lieu de villégiature et de plein air, grâce à son immense réseau hydrographique, à sa belle forêt mixte et ce qu’elle y abrite, ainsi que ses sites naturels exceptionnels. Depuis les dernières décennies, de nombreux efforts sont conjugués pour rendre cette belle nature accessible à tous ses citoyens, visiteurs et touristes.

 

Extraits de « Si Duhamel m’était conté, livre du centenaire », 1989, par Marie Trottier Drouault et des recherches de Jean-Guy Paquin, auteur de « Le pays de Canard Blanc, édition 2004 » et Richard Chartrand, maire de Duhamel de 2005 à 2009.